18 mois plus tard, vis-à-vis de la médecine, le patient reste un Untermensch

La saga du pacemaker continue! Je devais faire faire une IRM à cause d’une excroissance sur un doigt de pied (… Comme quoi les bobos les plus ridicules peuvent devenir une histoire qui t’empoisonne la vie.)

Avant de prendre rdv pour l’IRM, je me suis renseignée enligne sur le fonctionnement exact de mon pacemaker, le Sorin Kora 250, connu pour être (i) compatible IRM et (ii) automatique, donc pas d’ajustement au pacemaker nécessaire avant l’IRM.

J’ai trouvé ce document, publié enligne en 2017, donc entièrement à jour.
https://link.springer.com/content/pdf/10.1007/s13244-017-0556-3.pdf
Dans ce document, sur la page 5 (environ), voilà les informations qui me concernent:

The Sorin group has also its automatic MRI mode exclusively available in its KORA 100 and KORA 250 models, where the device can switch automatically to asynchronous mode when a strong magnetic field is detected. The device switches back 5 min after the patient is removed from the magnetic field [35].

Je résume en français:

Ce pacemaker se met AUTOMATIQUEMENT en mode MRI en présence d’un fort champ magnétique.

C’est effectivement ce qu’on m’avait dit au moment de l’implanter, et mon médecin traitant avait, elle aussi, compris que le Sorin Kora 250 avait cette fonctionnalité.

J’ai envoyé ces infos par courriel à (i) mon médecin traitant, (ii) mon cardiologue et (iii) l’hôpital où j’avais pris rendez-vous pour l’IRM de mon doigt de pied.

L’hôpital n’a pas accusé réception du courriel cité ci-dessus – étrange, mais j’ai eu une semaine très chargée donc j’ai oublié de leur rappeler pour être sûr qu’ils avaient reçu mon courriel, et qu’ils l’avaient compris.

Bref.

Le rdv était pour 9.30 et la réceptionniste qui l’avait arrangé m’avait dit qu’il fallait me présenter à 9hrs, donc j’étais sur place à 8.55. En arrivant, une autre réceptionniste me dit que le rdv a été fixé pour 10.30 …

C’était la première chose pour laquelle je n’étais pas, mais vraiment pas contente!

Mais n’ayant pas d’autre choix, j’attends.

Au bout d’une heure, un technicien IRM me laisse m’installer dans la salle IRM, derrière un rideau, dans ma robe d’hôpital. Et là,

j’attends,

et j’attends,

et au bout d’encore 30 minutes,

se pointe un monsieur avec l’appareil pour lire mon pacemaker (appareil dont je connais l’aspect extrêmement bien). Je lui dis: “Cela n’est pas nécessaire! Et j’ai réexpliqué pour l’ixième fois que c’est un pacemaker automatique, je lui présente le rapport d’implantation avec tous les détails de marque et modèle, de câbles, etc … et il me répond:

“Mais ce que j’ai à faire ne dure que 20 secondes …”

Je lui réponds que cela est sans doute vrai, mais que ça m’est égal! Je voulais savoir pourquoi je me trouve devant tant d’ignorance, confusion et mauvaise volonté de la part du corps médical par rapport à ce foutu pacemaker. Je lui propose de téléphoner chez mon cardiologue, qui est bien connu à cet hôpital.

Il téléphone, et mon cardiologue semble insister que le technicien continue malgré tout, parce que j’entends le technicien répondre “Mais la patiente ne veut absolument pas …” Bref, je prends le téléphone pour lui parler moi-même.

Il me dit qu’ils font toujours ainsi, égal le genre de pacemaker et ses capacités.

Je lui dis “Bon, c’est illogique, mais si c’est votre préférence, c’est vous le cardiologue, donc …” Il m’interrompt: “Non, ce n’est pas une préférence …!”

J’ai répondu: “Il n’est clairement pas une nécessité donc c’est forcément une préférence, mais d’accord …” et on se quitte.

L’échange a duré 15 secondes maximum.

De là, je constate deux choses:

=======================================

  1. Les médecins ne trouvent même pas nécessaire de répondre aux patients, ni d’expliquer la raison pour des actions totalement illogiques.
  2. Le patient – moi, parfaitement raisonnable et saine d’esprit – peut, ou doit – être simplement ignorée, comme si j’étais un fou, ou un enfant en bas âge qui papotais tout seul.

=======================================

Donc le technicien change le setting sur l’appareil manuellement – un travail de 5 secondes. Je subis l’IRM (encore 30 minutes) et après cela, le même monsieur revient et remet le setting du pacemaker comme avant.

C’est seulement quand je pose ma question pour la millième fois:

“Pourquoi dépenser un fric fou sur des pacemakers dernier cri, automatiques, si vous n’allez jamais, mais jamais, les utiliser comme prévu? C’est du pur gaspillage d’argent!”

… que je reçois une réponse digne de son nom:
Il dit:
“Je suppose qu’on veut toujours être totalement sûr qu’il n’ait pas de problème …”

Enfin.

Pourquoi est-ce qu’il a fallu me laisser sans informations, et sans réponses, pendant les 8 jours avant le rdv, et pourquoi est-ce que personne n’a trouvé nécessaire de répondre à ma question? Ce technicien, relativement bas dans l’hiérarchie médicale, a fini par me donner la réponse à deux questions parfaitement raisonnables, dont celle citée ci-dessus.

On est d’accord que cette réponse n’était pas trop technique pour mon petit cerveau de femme (informaticienne, mais n’importe – ils traitent tout le monde comme ça).


Mes expériences de ces derniers 18 mois confirme encore et encore que si Esquiver les Questions du Patient était un sport olympique, la Suisse remporterait l’Or sans difficulté.

Et je suis déçue de mon cardiologue aussi, parce qu’il semble être rentré dans ce même schéma autoritaire que je connaissais si bien au CHUV.

C’est une honte que ces gens ont tant de difficulté à imaginer que le patient est un être humain avec un cerveau.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: